Quand Manuel Valls invitent certains parlementaires à une soirée et entretient les divisions au sein de la majorité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Manuel Valls a convié certains députés PS et pas d'autres à une soirée à l'Assemblée nationale mercredi soir
Manuel Valls a convié certains députés PS et pas d'autres à une soirée à l'Assemblée nationale mercredi soir
©Reuters

Pas tous égaux

Quand Manuel Valls invitent certains parlementaires à une soirée et entretient les divisions au sein de la majorité

Un pot pour les "réformistes et sociaux-démocrates" a été organisé autour du Premier ministre à l'Assemblée nationale mercredi soir.

L'initiative de Manuel Valls fait polémique au sein du PS. En effet, mercredi soir, le Premier ministre a convié à une soirée à l'Assemblée nationale certains députés socialistes et pas d'autres. Il s'agissait selon plusieur sources d'un pot des "réformistes et sociaux-démocrates" pour "soutenir la politique de l'exécutif".

80 parlementaires étaient invités parmi lesquels le sénateur du Val-de-Marne Luc Carvounas, Carlos Da Silva, Jean-Jacques Urvoas, Philippe Doucet, Christophe Borgel, Christophe Caresche, Bruno Le Roux, Didier Guillaume et Pascal Popelin. Une soirée à laquelle les frondeurs n'ont pas été conviés. Christian Paul s'en est donc pris à Manuel Valls dans le Parisien de ce jeudi. "Ça a quand même des allures de réunion de tribu autour du Premier ministre" a dit le député. "Si c'est une réunion de courant, est-ce bien le rôle du Premier ministre de s'occuper de ça en ce moment ? Et si c'est une rencontre de la majorité, pourquoi tout le monde n'est pas présent ?" s'est interrogé de son côté Guillaume Garot.

Carlos Da Silva a quant à lui pris la défense de Manuel Valls disant que "ce n'est ni une histoire de clan ni la naissance d'un courant du PS, juste un moment de convivialité". Une soirée qui risque de faire tâche à l'heure où le Premier ministre entend unir la majorité.

 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !