Projet de budget de l’UE : le Parlement européen dit non | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Projet de budget de l’UE : le Parlement européen dit non
©

Retour à l'envoyeur

Projet de budget de l’UE : le Parlement européen dit non

Les dirigeants européens étaient laborieusement parvenus à un compromis fixant le plafond autorisé pour les crédits d’engagement (plafond autorisé) à 960 milliards d’euros.

C'est officiel, c'est un non. Le Parlement européen a en effet exprimé ce mercredi son désaccord sur le projet de budget de l’UE pour la période 2014-2020 adopté par les dirigeants de l’UE. Par ailleurs, les députés ont exigé des modifications dans le texte. La résolution marquant la défiance a été adoptée par 506 voix contre 161 et 23 abstentions, selon le décompte officiel. "Le Parlement européen rejette cet accord sous sa forme actuelle parce qu’il ne reflète pas les priorités et les préoccupations qu’il a exprimées", souligne la résolution.

Les dirigeants européens étaient parvenus à un compromis fixant le plafond autorisé pour les crédits d’engagement à 960 milliards d’euros et celui des crédits de paiements à 908,4 milliards d’euros.

"Le Parlement européen estime que cet accord, qui liera les mains de l’Union pour les sept prochaines années, ne peut être accepté sans que soient remplies certaines conditions essentielles", précise la résolution déposée par cinq groupes politiques, dont les conservateurs (PPE), les socialistes (S&D) et les libéraux (ALDE). Les parlementaires veulent davantage de flexibilité au sein du budget entre les lignes budgétaires et d’une année sur l’autre. Ils exigent la possibilité de réviser le budget en cours d’exercice et appellent à la mise en place de ressources propres pour l’UE, actuellement financée à près de 80% par les contributions des Etats membres.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !