Privatisation de La Française des jeux (FDJ) : des mesures pour inciter le grand public à acheter des actions | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Privatisation de La Française des jeux (FDJ) : des mesures pour inciter le grand public à acheter des actions
©JOEL SAGET / AFP

Espères sonnantes et trébuchantes

Privatisation de La Française des jeux (FDJ) : des mesures pour inciter le grand public à acheter des actions

La privatisation aura lieu d'ici la fin de l'année "sauf évidemment s'il devait y avoir un écroulement du marché", a annoncé Bruno Le Maire.

Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a annoncé dimanche lors du Grand Rendez-vous CNEWS-Europe 1-Les Echos que le gouvernement français souhaite privatiser La Française des jeux (FDJ) "d'ici la fin de l'année, sans doute d'ici la fin du mois de novembre sauf évidemment s'il devait y avoir un écroulement du marché". 

"Le calendrier, c'est fin d'année 2019, dans le courant du mois de novembre", a-t-il confirmé.

Approuvée par le Parlement fin mai dans le cadre de la loi Pacte, cette privatisation de la quatrième loterie mondiale permettra au grand public d'acquérir des actions. "Les salariés, comme les Français pourront participer à cette privatisation", a expliqué le ministre évoquant des avantages, tels que "la possibilité d’actions gratuites pour les actionnaires qui accepteraient de détenir plus longtemps les actions de la Française des Jeux" ou bien "une possibilité de décote du prix de l’action". Pour le ministre, il est "normal" qu'une part des actions de la FDJ soit "réservée au grand public" puisqu’ils "ont contribué au succès de la Française des Jeux".

La FDJ est contrôlée à 72% par l'Etat français, qui compte conserver au minimum 20% du capital à l'issue de l'opération.

Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !