Prince Harry : il va quitter l'armée britannique après 10 ans de service | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Prince Harry : il va quitter l'armée britannique après 10 ans de service
©Reuters

Fin

Prince Harry : il va quitter l'armée britannique après 10 ans de service

Nommé capitaine dans la Household Cavalry, il effectue actuellement un travail de bureau, organisant des commémorations militaires à Londres.

Le prince Harry va quitter l'armée. L'annonce a surpris en Grande-Bretagne ce mardi. En effet, après 10 ans de service et des missions en Afghanistan notamment, le jeune homme de 30 ans a décidé de mettre fin à sa carrière militaire en juin. Un départ, oui mais pour quoi  se demande la presse anglosaxonne ? "J'étudie les options qui s'offrent à moi dans l'avenir et je suis vraiment enthousiasmé par les possibilités" a déclaré Harry ajoutant "les expériences que j'ai eues au cours des dix dernières années resteront avec moi pour le reste de ma vie, et j'en serai toujours immensément reconnaissant".

Nommé capitaine dans la Household Cavalry, il effectue actuellement un travail de bureau, organisant des commémorations militaires à Londres. D'après ses proches, il devrait continuer à remplir à temps partiel ses obligations royales au service de la reine Elizabeth II. Le prince a déjà un programme chargé après juin car il effectuera une visite officielle en Nouvelle-Zélande, puis il ira remplir une mission sur l'environnement en Afrique sub-saharienne.

Dès l'annonce de cette décision, le général Nicholas Carter, chef d'état-major de l'armée britannique, a rendu hommage au prince Harry. "Il a été en première ligne pendant toute la durée de son service, et il a insisté pour être traité de la même manière que ses camarades" a indiqué le haut gradé.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !