Le président du Dartmouth College favori d'Obama à la tête de la Banque Mondiale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le président du Dartmouth College favori d'Obama à la tête de la Banque Mondiale
©

Elitisme

Le président du Dartmouth College favori d'Obama à la tête de la Banque Mondiale

Il sera le principal opposant de Ngozi Okonjo-Iweala, ministre des Finances du Nigeria.

Barack Obama a choisi son candidat pour prendre la tête de la Banque Mondiale. Il s'agit de Jim-Yong Kim, président du Dartmouth College, l'une des huit universités que compte la prestigieuse Ivy League, dont Harvard, l'ancienne faculté du Président américain, est membre. Médecin et anthropologue d'origine coréenne, formé lui aussi à Harvard, "Jim a passé plus de deux décennies à oeuvrer dans le monde entier en faveur de l'amélioration des conditions de vies dans les pays en développement", a déclaré Barack Obama.

La nomination de Jim-Yong Kim est une surprise, puisque son nom ne circulait pas parmi les possibles candidats des Etats-Unis pour la présidence de la Banque Mondiale. Lawrence Summers, l'ex-secrétaire d'Etat au Trésor et ancien conseiller économique d'Obama a longtemps fait figure de favori, mais l'homme était trop contesté par les Etats africains et certains membres du G7 pour recueillir la majorité des votes du conseil d'administration de l'institution financière. L'économiste américain Jeffrey Sachs, qui se présentait en franc-tireur pour critiquer la position américaine, a donc retiré sa candidature, en soulignant "un choix brillant pour la Banque mondiale".

Le changement de position américain apporte un contrepoids certain à la candidature de Ngozi Okonjo-Iweala, ministre des Finances du Nigeria, soutenue par l'Afrique du Sud. Directrice générale de la Banque Mondiale entre 2007 et 2011, elle revendique "une longue expérience à la Banque mondiale, au gouvernement et dans la diplomatie".

Lu sur La Croix

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !