Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
©

Fake

Présence d'une Kalachnikov dans une manifestation pro-palestinienne : l'arme était fausse

L'homme à qui elle appartient est intervenu ce lundi matin sur France Info pour assurer qu'il s'agissait "d'un jouet".

Le sujet faisait débat depuis dimanche. Y avait-il oui ou non une Kalachnikov au sein de la manifestation pro-palestinienne de Paris ce samedi ? Le site de France Info avait révélé via Instagram qu'un des manifestants du rassemblement pro-Gaza  avait exhibé une arme de ce type, sans pour autant savoir si elle était ou non réelle. Mais alors qu'une enquête préliminaire pour port d'arme avait été ouverte, ce lundi matin, France Info assure que l'arme n'était bien qu'une réplique factice.

Présenté comme celui qui la tenait et qui s'est livré à un simulacre d'exécution d'enfants, un homme a affirmé à la radio qu'il s'agissait d'un jouet pour "une mise en scène de ce qui se passe en réalité en Palestine". "On a fait cette mise en scène déjà trois fois pendant les manifestations", a-t-il ajouté. Cette arme est un "jouet" qu'il a acheté dans un "magasin pour enfants il y a deux jours. J'ai même la facture", insiste-t-il. Il ajoute que ces fausses armes sont "remises dans les cartons après chaque scène". Toujours selon la radio, l'homme en question s'est rendu à la police qui a confirmé que l'arme était factice. Il ne s'agit cependant pas d'un "jouet" mais une "réplique d'arme" achetée il y a quelques jours.

Le port d'armes factices est un délit selon la loi française, mais dans les faits, ne sont condamnées que les personnes s'étant servies de leurs armes factices pour commettre un délit. Ainsi, relâché dans la soirée, l'individu en question ne risque probablement pas de poursuites, car il n'y avait pas d'intention de nuire, avec son arme factice.

Ci-dessous un reportage de France Télévisions dans lequel on voit l'homme exhiber l'arme en question :

lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !