Pour Rachida Dati, le directeur de campagne de Valérie Pécresse est un "loser" et un "déserteur" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Rachida Dati
Rachida Dati
©Capture d'écran France Info

Présidentielle 2022

Pour Rachida Dati, le directeur de campagne de Valérie Pécresse est un "loser" et un "déserteur"

La maire du 7e arrondissement de Paris a réagi à des critiques de Patrick Stefanini

Un "loser" et un "déserteur" qui est "condamné pour emplois fictifs"... Rachida Dati n'a pas apprécié que le directeur de campagne de Valérie Pécresse, Patrick Stefanini, la dénigre sur un plateau de télévision. "Je n'ai pas de leçons à recevoir de M. Stefanini", a assuré la maire LR du 7ème arrondissement de Paris et ancienne ministre de la Justice sous Nicolas Sarkozy, hier jeudi sur France Info.

"Il faut arrêter avec la légende qu'il a fait gagner des candidats, il n'a jamais fait gagner Jacques Chirac, a-t-elle commencé. On va rétablir la vérité : la victoire de Jacques Chirac, c'est Jacques Chirac, d'abord, et Antoine Rufenacht" qui "était à la manœuvre". Patrick Stéfanini, lui, "n'existait pas" selon Rachida Dati.

«A l’époque, le RPR lui a offert des circonscriptions en or partout, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, y compris à Paris», a poursuivi l'ancienne garde des Sceaux. «Il n’en a gagné aucune. Donc les leçons de campagne, il ferait mieux de se les garder. Moi, les losers, ça ne m’intéresse pas. J'ai dit à Valérie Pécresse qu'il ne faudrait pas trop qu'elle le montre.»

Rachida Dati a ensuite évoqué la candidature de François Fillon en 2017 au cours de laquelle Patrick Stefanini, alors son directeur de campagne, «a laissé François Fillon en rase campagne. Les déserteurs, ce n'est pas trop mon truc non plus» a ajouté Rachida Dati

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !