Popularité : légère baisse pour Emmanuel Macron ; chute pour Edouard Philippe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Popularité : légère baisse pour Emmanuel Macron ; chute pour Edouard Philippe
©Reuters

Doublé

Popularité : légère baisse pour Emmanuel Macron ; chute pour Edouard Philippe

La cote de l'exécutif recule dans le baromètre mensuel Ifop pour le Journal du dimanche.

Six pas en avant, deux en arrière... La cote de popularité d'Emmanuel Macron est décidemment instable. Le président de la République perd deux points dans le baromètre Ifop de janvier pour Le Journal du dimanche, après avoir gagné 6 points de novembre à décembre.

Malgré ce léger repli, le président de la République garde l'adhésion de 50% des sondés, contre 49% qui ne lui font pas confiance (1% ne se pornonce pas). Emmanuel Macron perd notamment beaucoup (10 points) dans les rangs des sympathisants des Républicains. Il baisse aussi chez les 25-34 ans et les 50-64 ans. "Sa chute dans ces catégories, c'est la carte du regard des Français sur la question du pouvoir d'achat, qui se demandent en quoi les transformations macroniennes impactent leur niveau de vie", décrypte Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop. 

Le président fait mieux que ses prédecesseurs au même moment dans leurs quinquennats respectifs : Nicolas Sarkozy était alors à 47% de satisfaction et François Hollande était déjà dans les tréfonds de l'opinion, à 38%.

Le Premier ministre perd, lui, 5 points et passe pour la première fois derrière Emmanuel Macron en termes de popularité, avec 49% de satisfaits. Cette baisse s'explique, selon l'Ifop, par la décision impopulaire du gouvernement de baisser la vitesse maximale autorisée de 90 à 80 kilomètres/heure sur les routes nationales et départementales.

Lu dans Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !