Pilule : les premières générations et le stérilet profitent de la polémique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
les ventes de pilules de 3e et 4e générations ont chuté de 26% entre décembre 2012 et mars 2013.
les ventes de pilules de 3e et 4e générations ont chuté de 26% entre décembre 2012 et mars 2013.
©Flickr/mr.paille

Bilan

Pilule : les premières générations et le stérilet profitent de la polémique

La polémique autour des pilules de 3e et 4e générations a conduit les Françaises à se reporter davantage sur les pilules de génération précédente et sur le stérilet.

Les femmes ont davantage recours aux pilules de première et seconde génération et au stérilet, selon un bilan d’étape réalisé par l’agence du médicament ANSM. C'est la conséquence logique de la polémique autour des dangers des pilules de 3e et 4e générations.

Selon le bilan de l'ANSM, basé sur un échantillon de 3 004 pharmacies, les ventes de pilules de 3e et 4e générations ont chuté de 26% entre décembre 2012 et mars 2013, comparé à la même période l’an dernier, la baisse atteignant même 37% en mars dernier, par comparaison à mars 2012.

Les ventes de pilules de 2e génération ont elles augmenté de 18% entre décembre et mars, dont 22% au mois de mars. Elles représentent désormais 68% des ventes de COC contre 32% pour les pilules de 3e et 4e générations.

Quant aux ventes de stérilet, elles sont en hausse dans toutes les tranches d’âge. Elles atteignent même 29% chez les jeunes filles de 15 à 19 ans, qui n'ont généralement pas recours à ce type de contraception

Le directeur général de l'ANSM, Dominique Maraninchi estime que les résultats sont "encourageants" d'autant qu'ils interviennent "en l'absence de mesures réglementaires contraignantes". En effet, l'agence européenne du médicament EMA ne devrait se prononcer qu'en juillet sur une éventuelle modification des conditions de prescription de ces pilules.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !