Pierre Gattaz augmente son salaire et se justifie : "quand on crée de la richesse, on la distribue" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Pierre Gattaz augmente son salaire et se justifie : "quand on crée de la richesse, on la distribue"
©

C'est comme ça et pas autrement

Pierre Gattaz augmente son salaire et se justifie : "quand on crée de la richesse, on la distribue"

En tant que patron de Radiall, sa rémunération a été revue en hausse de 29% en 2013.

Pierre Gattaz a augmenté son salaire de 29% selon Le Canard Enchaîné. Le patron du Medef a touché 420 000 euros en 2013 en tant que n°1 de Radiall. "Un paradoxe alors que le même homme prône, en tant que représentant du patronat, l'appel à la modération salariale et à l'exemplarité" écrit le journal satirique. Par ailleurs, les salaires de ses employés ont augmenté de 3,3% seulement.

Mais pour Pierre Gattaz, il ne semble pas y avoir de problème. "Quand on crée de la richesse, on la distribue" a indiqué le patron des patrons sur son blog, qui a touché 102 000 euros de part variable sur son salaire. "A peine un journal satirique publie-t-il une information incomplète et biaisée, que voilà la classe politique qui s'en saisit, souvent à contresens (...) Au final, ma rémunération en 2013 s'élève donc à 420 k€, dont 102 k€ de variable. Pour mémoire, la limite maximale des salaires des PDG des entreprises publiques a été fixée par l'Etat à 450 k€ (…) Quand j'ai parlé de modération salariale, j'avais précisé qu'elle devait se comprendre en fonction de la situation de l'entreprise" a-t-il expliqué sur son blog dans un billet intitulé "Salaires et modération : cessons les fantasmes".

Pierre Gattaz a aussi indiqué que son salaire n'a augmenté que de 3% et que le reste de sa rémunération est indexée sur le résultat opérationnel du groupe, en hausse de 33,3 % en 2013. Ce mardi matin, François Hollande lui-même avait commenté la hausse de rémunération de Pierre Gattaz disant "il y a un moment où chacun doit être responsable : on ne peut pas demander la baisse du smic, voire sa suppression, et en même temps considérer qu'il n'y a pas de salaire maximal".  

Lu sur Le Monde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !