Pour Patrick Buisson, François Hollande pourrait obtenir moins de voix que Ségolène Royal | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Pour Patrick Buisson, François Hollande pourrait obtenir moins de voix que Ségolène Royal
©

Visionnaire ?

Pour Patrick Buisson, François Hollande pourrait obtenir moins de voix que Ségolène Royal

Dans un entretien au Monde, le conseiller de Nicolas Sarkozy affirme que la clé de l'élection se trouve dans le niveau de l'abstention

Pour Patrick Buisson, spécialiste des études d’opinion et conseiller de Nicolas Sarkozy, la dynamique est du côté du président candidat. Il explique sa vision de la campagne dans un entretien publié par le Monde. Pour lui, toutes les prédictions qui donnent François Hollande gagnant au second tour s’appuient sur l’hypothèse d’une abstention plus importante au second tour qu’au premier (qui se justifierait le tiers d'électeurs Bayrou et les 40% à 50% d’électeurs de Marine Le Pen qui déclarent refuser de faire un choix entre UMP et socialiste pour le second tour). Pour Buisson, si on s'en fie à l'histoire électorale de la 5ème République, l'abstention finale au second tour ne devrait pas être plus élevée qu'au premier, ce qui laisse des réservoirs de voix à mobiliser.

De même,  selon lui, « n'importe quel politologue vous dira que ce qui compte dans une campagne, ce ne sont pas les niveaux mais les tendances ». Et il considère que, alors que la courbe sondagière de Nicolas Sarkozy est ascendante, et celle de François Hollande descendante, il n’y a qu’un pas pour conclure quel sera le gagnant de l’élection.

Il juge aussi que François Hollande rassemblera moins de voix que Royal à l’élection de 2007. « A la différence de la campagne de Mme Royal, celle de François Hollande ne suscite ni élan ni adhésion. On arrive même à une situation tout à fait paradoxale et inédite : c'est la première fois qu'un candidat recueille dans certaines enquêtes moins de souhaits de victoire que d'intentions de vote au premier tour. Les motivations du vote Hollande sont pour les deux tiers de battre le candidat sortant. »

Selon lui, la proposition de François Hollande de la taxation à 75% est une transgression, mais n’a rien d’un coup décisif. « Ce n'est pas Hollande qui a élargi sa base vers la gauche radicale – il a perdu 2 points en une semaine – mais Jean-Luc Mélenchon qui est en progression. Le candidat de la gauche populiste sera toujours plus crédible qu'une pâle copie sociale-démocrate dans le registre de la lutte des classes qui réclame une certaine tonicité. »

Il juge aussi que Marine Le Pen, la candidate du Front National, est dans une impasse stratégique, comme en témoigne son retour précipité aux fondamentaux du parti frontiste. « Sans perspectives d'alliance ni de présence au second tour, elle n'offre pas plus d'issue politique que n'en offrait son père en 2007. Dans ces conditions, le vote en faveur de la candidate du FN ne serait plus un vote de protestation mais un vote d'immolation. En votant pour Marine Le Pen, les catégories populaires qui exprimeraient ainsi leur souffrance seraient assurées du résultat contraire de celui qu'elles recherchent.»

Lu sur Le Monde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !