Oscar Pistorius : officiellement inculpé de meurtre ce vendredi matin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Oscar Pistorius a passé la nuit au commissariat de Boschkop de Pretoria.
Oscar Pistorius a passé la nuit au commissariat de Boschkop de Pretoria.
©Reuters

L'enquête avance...

Oscar Pistorius : officiellement inculpé de meurtre ce vendredi matin

Il a tué Reeva Steenkamp de 4 balles tirées à travers la porte de la salle de bain.

Alors que l'athlète de 26 ans, premier double amputé à avoir participé aux Jeux olympiques avec les valides, a comparu ce vendredi matin devant le tribunal de Pretoria après avoir été inculpé officiellement du meurtre de sa petite-amie, les détails concernant le probable meurtre s'accumulent.

Ainsi, les médias sud-africains indiquent que le sportif a tiré à quatre reprises sur sa compagne à travers la porte de la salle de bain de son domicile de la banlieue de la capitale sud-africaine où les policiers ont également retrouvé un pistolet de calibre 9 mm.

Pour rappel, les médias ont dans un premier temps expliqué qu'Oscar Pistorius, qui réside dans le quartier huppé mais surtout très sécurisé de Silver Woods, avait tiré sur Reeva Steenkamp car il l'avait prise pour cambrioleur. Mais les rapports de la police mentionnant les bruits entendus par les voisins avant même que les coups de feu ne retentissent invalident la première hypothèse. D'autant plus que le couple s'est déjà disputé à plusieurs reprises par le passé. L'athlète a donc finalement été inculpé pour meurtre et non pas pour homicide involontaire.

L'affaire fait grand bruit en Afrique du Sud où Oscar Pistorius est érigé en modèle de réussite et de courage, à tel point que le discours sur l'état de la nation du président Jacob Zuma a été relégué dans les pages intérieures des quotidiens ! Triste ironie du sort : la jeune femme tuée de 30 ans devait intervenir ces prochains jours dans une école de Johannesburg pour évoquer et condamner la violence contre les femmes.

Lu sur le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !