Orne : mort suspecte d'un jeune handicapé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Orne : mort suspecte d'un jeune handicapé
©

Zones d'ombre

Orne : mort suspecte d'un jeune handicapé

Agé de 27 ans, Jonathan a été retrouvé carbonisé sur le siège conducteur du véhicule utilisé par son foyer d'accueil.

Retrouvé mort vendredi 8 août au foyer Louise Marie (Orne), Jonathan Ngo Koumba, âgé de 27 ans, souffrait d'un double handicap physique et mental. La découverte de son corps a rapidement suscité des interrogations sur les circonstances de sa mort : le jeune homme a été retrouvé carbonisé, assis sur le siège conducteur du véhicule utilisé par le foyer Louise Marie. Seules les chaussures du jeune homme ont permis aux enquêteurs d'identifier son corps.

Evoquant le caractère très suspect du décès de son fils, la mère de Jonathan, Augustine Ngo Koumba, a notamment déclaré au journal Le Parisien : "Ses doigts étaient trop raides pour conduire le véhicule. Ses jambes trop courtes pour monter dedans. Comment aurait-il pu atteindre les pédales ? Où a-t-il eu les clés ? Il était même incapable de tourner une clé dans une serrure". 

Faisant écho à ces interrogations, le procureur d'Argentan, Hugues de Phily a quant à lui déclaré à l'AFP : "Ce qui nous intéresse, c'est de savoir exactement de quoi il est mort" ajoutant qu'il était nécessaire "d'éclaircir les circonstances dans lesquelles le véhicule a pris feu". Une enquête a donc été ouverte pour tenter d'éclairer les nombreuses zones d'ombre qui entourent la mort de Jonathan. Le journal Le Parisien révèle également que la mère de Jonathan avait pour projet d'intégrer son fils dans un autre foyer après avoir relevé la présence de brûlures de cigarettes sur ses bras. Augustine Ngo Koumba a ainsi déposé pliante pour non-assistance à personne en danger.

Lu sur TF1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !