Orly : "Je suis là pour mourir par Allah" a lancé Ziyed Ben Belgacem | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Orly : "Je suis là pour mourir par Allah" a lancé Ziyed Ben Belgacem
©AFP

Terrorisme

Orly : "Je suis là pour mourir par Allah" a lancé Ziyed Ben Belgacem

Le profil de l'homme abattu dans le terminal sud de l'aéroport commence à se dévoiler.

Il est tôt, ce samedi matin, lorsque Ziyed Ben Belgacem, 39 ans, entre dans le terminal sud de l'aéroport d'Orly. Un peu plus tôt, il a été contrôlé dans le Val-de-Marne, au volant d'une Clio alors qu'il roule à toute vitesse, tous feux éteints. Alors que les policiers vérifient son identité, il sort un pistolet à grenaille et tire sur l'un d'entre eux, le blessant à la tête. Il prend la fuite, roule à vive allure avant de commettre un car jacking et se diriger vers l'aéroport.

Il se jette alors sur une patrouille, braque son arme sur la tempe d'une militaire et la saisit par le bras, pour l'utiliser comme un bouclier humain. "Posez vos armes ! Mains sur la tête ! Je suis là pour mourir par Allah. De toute façon il y avoir des morts" lâche-t-il. Les militaires tentent de le raisonner mais celui cherche désormais à s'emparer du fusil de sa victime. Ses collègues tirent trois fois.

Zyed Belkacem était sous contrôle judiciaire au moment des faits après une affaire de vol par effraction commis en mars 2016. "Il avait été repéré comme radicalisé à l'occasion d'un passage en détention au cours des années 2011-2012", a ainsi expliqué le Procureur de la République François Molins, samedi soir. "Il y avait une volonté très forte de sa part d'aller jusqu'au bout." La section antiterroriste du Parquet de Paris a ainsi ouvert une enquête en flagrance pour tentative d'homicide sur une personne dépositaire de l'autorité judiciaire en lien avec une entreprise terroriste.

Ziyed Ben Belgacem n'était pas fiché S mais fiché J (pour "judiciaire") qui vise les personnes bien connues de la justice pour des faits de droit commun : il avait total de 44 signalements au fichier du traitement des antécédents judiciaires.

Lu sur le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !