Nuit dans un lit de camp, toilette au seau d’eau : la mise en scène très "spartiate" d’Emmanuel Macron à Saint-Martin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nuit dans un lit de camp, toilette au seau d’eau : la mise en scène très "spartiate" d’Emmanuel Macron à Saint-Martin
©Christophe Ena / POOL / AFP

Rambo VIII

Nuit dans un lit de camp, toilette au seau d’eau : la mise en scène très "spartiate" d’Emmanuel Macron à Saint-Martin

"Je vais faire comme les habitants ici puisque je serai avec eux ce soir. Il n'y a pas le choix" a estimé le chef de l'Etat lors don déplacement.

Le président français est un dur, un vrai, et quitter le nid douillet de l’Elysée ne lui fait pas peur, oh que non. En tous cas, c’est ce qui ressort de la communication présidentielle des dernières heures. Selon des informations de RTL, relayées ensuite par Le Lab", le chef de l’Etat a participé lundi soir à une patrouille des forces de l'ordre à l’occasion de son déplacement à Saint-Martin à la suite du passage de l’ouragan Irma. D’humeur spartiate, Emanuel Macron a ensuite passé sa nuit… dans un lit de camp à la gendarmerie de Saint-Martin. Et pour sa toilette, il a utilisé un seau d'eau, comme il l'expliquait lors d'un point presse.

Afin d’exprimer sa solidarité avec les sinistrés, qu’il a rencontrés et réconfortés au cours de la journée, il a souhaité "faire comme les habitants". "Je vais faire comme les habitants ici puisque je serai avec eux ce soir. Il n'y a pas le choix", a-t-il indiqué lors d’un point presse. "Mais moi je repartirai demain. Et eux, ils le font depuis plusieurs jours et encore plusieurs jours".

Habile coup de com' alors que plusieurs voix se sont élevés contre des erreurs dans la gestion de cette catastrophe ? D’après le Lab, rien de toute cette mise en scène ne serait anodin. "Montrer qu'il vit dans les mêmes conditions qu'eux après le passage d'Irma, ne serait-ce que pour 24h, cela porte un nom : la communication" rapporte le site Internet.

Lu sur Le Lab'

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !