Nouvelle crise financière : les banques françaises ne s'en sortiraient pas | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Nouvelle crise financière : les banques françaises ne s'en sortiraient pas
©

Pas de quoi se réjouir

Nouvelle crise financière : les banques françaises ne s'en sortiraient pas

Selon une étude publiée par l’université de Lausanne, six banques françaises se retrouvent dans le top 20 des établissements dont le sauvetage coûterait le plus cher.

Que se passerait-il pour les banques françaises en cas de nouvelle crise économique ? La réponse est donnée par une étude publiée par le Center for Risk Management (CMRL) de l’université de Lausanne et relayée par Les Echos ce lundi. Et elle n'est pas glorieuse. En effet,  la France est le pays dont le SRisk est actuellement le plus élevé  avec un SRisk deux fois plus élevé que celui de l’Allemagne. Le SRisk est un indice qui permet de mesurer les besoins en fonds propres des banques en cas de crise grave.

Ainsi, selon l'étude, les banques françaises se retrouvent majoritairement parmi les établissements dont le sauvetage coûterait le plus cher. Dans le Top 20 établit par le CMRL, on retrouve en effet  six banques ou assurances françaises. Crédit Agricole SA occupe ainsi la première place. BNP Paribas est 4ème, juste devant Société Générale. On retrouve un peu plus, Dexia en douzième position alors que Natixis arrive 13ème et AXA 14ème.

Plus globalement, en cas de "nouvelle crise financière"  - dont les critères ne sont pas précisés- , les institutions financières européennes (banques, assurances, entreprises immobilières et services financiers) auraient besoin de près de 1 000 milliards d’euros de fonds propres pour retrouver un niveau de solvabilité jugé " satisfaisant " estiment les auteurs de l'étude Eric Jondeau qui dirige le Center for Risk Management (CMRL) à l’université de Lausanne et Michael Rockinger, professeur de Finance à HEC Lausanne. "Notre modèle décrit le risque systémique comme le montant de capital dont les banques auraient besoin pour se refinancer dans le cas où une nouvelle crise financière se produirait" écrivent-ils dans un article publié par le quotidien suisse Le Temps.  Mais heureusement les risques d'une nouvelle crise financière sont à la baisse depuis mi-2012.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !