Nord : trois jeunes meurent dans l'incendie d'une ancienne usine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
L'incendie d'une ancienne usine a fait trois morts
L'incendie d'une ancienne usine a fait trois morts
©Reuters

Drame

Nord : trois jeunes meurent dans l'incendie d'une ancienne usine

Deux des jeunes gens, âgés de 19 à 21 ans, sont morts samedi, tandis que le troisième a succombé dans la nuit de samedi à dimanche, a indiqué à l'AFP le parquet de Lille.

Terrible catastrophe dans le Nord. Un incendie a eu lieu dans une ancienne usine à Wattrelos (Nord) dans la nuit de vendredi à samedi. Le bilan est lourd : trois personnes sont décédées ont indiqué ce dimanche des sources concordantes. Deux des jeunes gens, âgés de 19 à 21 ans, sont morts samedi, tandis que le troisième a succombé dans la nuit de samedi à dimanche, a indiqué à l'AFP le parquet de Lille. Un quatrième garçon est toujours hospitalisé à Lille avec un "pronostic vital engagé", selon une source policière, qui ajoute que la piste accidentelle est privilégiée.

Les quatre jeunes gens, qui habitaient chez leurs parents, se sont introduits dans l'usine désaffectée dans la nuit de vendredi à samedi et ont probablement "fait du feu pour se réchauffer, qui s'est transformé en brasier" vers 02H00 du matin, a expliqué la source policière, confirmant des informations de la Voix du Nord.

"Ils se sont sauvés du mauvais côté" du bâtiment et se sont retrouvés "coincés avec la fumée" et pris d'"asphyxie", selon cette source. L'un des jeunes hommes était déjà mort à l'arrivée des secours. Le deuxième a succombé peu de temps après. "Il y a peu de chances pour que (l'incendie) soit criminel", a estimé la source policière. "Des investigations sont en cours" pour déterminer les causes de l'incendie et des autopsies seront réalisées en début de semaine prochaine, a précisé le parquet de Lille. L'enquête a été confiée au commissariat de Roubaix.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !