Nicolas Sarkozy : "Je n'ai jamais commis un acte contraire aux principes républicains ou à l'Etat de droit" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Nicolas Sarkozy : "Je n'ai jamais commis un acte contraire aux principes républicains ou à l'Etat de droit"
©Capture vidéo Europe 1

Révélations

Nicolas Sarkozy : "Je n'ai jamais commis un acte contraire aux principes républicains ou à l'Etat de droit"

Europe 1 a diffusé en avant-première des extraits de l'interview que Nicolas a accordée à la radio et à TF1.

A peine commencée, l'interview pré-enregistrée a déjà en partie fuité. Dans l'entretien que Nicolas Sarkozy a accordé à Europe 1 et TF1, re-transmis à 20h ce mercredi soir (il a été enregistré dans ses bureaux de la rue de Miromesnil cet après-midi), l'ancien président clame haut et fort son innocence. Il estime que "tout est fait" pour donner de lui "une image qui n'est pas conforme à la vérité".

>> A lire, sur le même sujet : Mise en examen de Nicolas Sarkozy : les suites judiciaires auxquelles il faut s'attendre

Puis il continue en expliquant l'origine de son silence : "Il était venu pour moi le temps de m'expliquer, de prendre la parole. Et la nuit dernière qui me fût réservée m'a convaincu de la nécessité de le faire. Je suis profondément choqué par ce qui s'est passé. Je ne demande aucun privilège. Et si j'ai commis des fautes, j'en assumerai toutes les conséquences. Je ne suis pas un homme qui fuit ses responsabilités."

Selon la radio, Nicolas Sarkozy a avoué que son avocat lui a demandé d'aider le magistrat Gilbert Azibert à obtenir un poste à Monaco. Mais l'ex-président aurait refusé et l'aurait dit à son conseiller au téléphone. Nicolas Sarkozy assure par ailleurs, selon Europe 1, qu'un enregistrement de cette conversation a été fourni au dossier.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !