Mosquée de Paris : les hommes et les femmes ne prieront plus ensemble | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les hommes et les femmes ne prieront plus dans la même salle à la Mosquée de Paris
Les hommes et les femmes ne prieront plus dans la même salle à la Mosquée de Paris
©cc flickr_ChrisYunker

Séparation

Mosquée de Paris : les hommes et les femmes ne prieront plus ensemble

Une décision qui a provoqué la colère d’un collectif de musulmanes.

C’est une décision quelque peu inédite que vient de prendre la Grande mosquée de Paris. Désormais, les hommes et les femmes ne prieront plus ensemble. Plus précisément, les femmes devront aller à prier dans le sous-sol de la mosquée. Auparavant, elles priaient jusqu'alors dans la grande salle commune derrière un rideau les séparant des hommes. En effet, dans la tradition musulmane interdit aux fidèles des deux sexes de se mélanger.

La séparation des hommes et des femmes pour la prière à la Grande Mosquée de Paris, le plus vieil et le plus prestigieux édifice de l'islam en France, a été décidée il y a plusieurs semaines "devant l'affluence croissante de fidèles", d'après un communiqué de l'institution. Mais cette décision a déclenché la colère d'un collectif de musulmanes qui a dénoncé ce lundi une "décision arbitraire".

Selon le Huffington Post, dans une lettre envoyée lundi 25 novembre au recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, "les Femmes dans la Mosquée" dénoncent les explications fournies par l’administration : "L'administrateur général nous a répondu que cette décision avait été prise à la suite d'une demande des fidèles-hommes trop gênés par le comportement bruyant de certaines femmes. Cet argument ne nous a pas étonnées car nous avons également été victimes de ces faits. [...] Monsieur le Recteur, interdire l'entrée de ce lieu à l'ensemble des femmes pour les raisons évoquées s'apparente bien à une sanction collective injuste et disproportionnée", ont-elles signalé.

Toujours selon le Huffington Post, ce collectif va continuer ses actions. Pour Hanane Karimi, à la tête de ce mouvement : "c’est ce genre de comportement qui valide malheureusement la violence faite aux femmes".


lu sur le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !