Mory Ducros : la CFDT se ravise en signant l'accord de reprise | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Mory Ducros : la CFDT se ravise en signant l'accord de reprise
©

Bras de fer

Mory Ducros : la CFDT se ravise en signant l'accord de reprise

Le syndicat avait pourtant annoncé qu'il ne comptait pas signer l'accord collectif formulé par Arcole Industries, l'actuel propriétaire de Mory Ducros.

Nouveau retournement de situation dans l'affaire Mory Ducros. Après avoir adressé une fin de non recevoir à Arcole Industries, propriétaire actuel de Mory Ducros, la CFDT a fini par signer l'accord de reprise. FO, la CFTC et la CFE-CGC avait déjà approuvé la décision. 

"La signature d'un tel accord est un préalable indispensable à la mise en œuvre, dans des conditions satisfaisantes, de la nouvelle organisation et des mesures sociales d'accompagnement en faveur des salariés non repris, ainsi que de la sauvegarde du fonds de commerce de l'entreprise", avait estimé le groupe spécialisé dans la reprise d'entreprises en difficulté. Pour autant, la CFDT, à travers la parole de son secrétaire général de la FGTE-CFDT, André Milan, demandait "qu'Arcole lève ses conditions suspensives, sans condition, et dépose son offre".

Mais cela n'a pas fait faiblir la direction d'Arcole qui avait répondu : "il reste quelques heures à la CFDT pour confirmer l'engagement pris, faute de quoi il appartiendra au tribunal de commerce de se prononcer sur une liquidation judiciaire qui entraînerait la suppression de 5 000 emplois ». Avec la signature tardive de la CFDT, le bras de fer a donc été remporté par la direction. Pour rappel, le plan de restructuration proposé par Arcole Industries promet de reprendre 2 210 employés sur les 4 911 présents dans l'entreprise.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !