Mory Ducros : la CFDT refuse de signer l'accord de reprise | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Mory Ducros : la CFDT refuse de signer l'accord de reprise
©

Les négociations tournent court

Mory Ducros : la CFDT refuse de signer l'accord de reprise

L'offre prévoit notamment de sauvegarder 2 210 emplois sur 5 000 et 50 agences sur 85.

Coup de tonnerre dans les négociations sur la reprise de Mory Ducros : la CFDT claque la porte ! Le syndicat a annoncé ce mardi qu'il ne signerait pas, en l'état, l'accord collectif exigé par Arcole Industries, et ce peu avant l'examen de son offre par le tribunal de commerce. "Les discussions, même s'il y a des améliorations, ne permettent pas à l'heure actuelle de signer l'accord collectif. (...) On demande qu'Arcole lève ses conditions suspensives, sans condition, et dépose son offre", a affirmé à la presse André Milan, secrétaire général de la FGTE-CFDT, qui avait signé la semaine dernière un protocole de fin de conflit.

Depuis plusieurs semaines, la CFDT était partagée entre deux lignes : celle de la fédération des Transports, convaincue d'être allée "au bout du bout" des négociations, et celle de la section CFDT du transporteur qui juge insuffisantes les conditions faites aux salariés licenciés. L'offre du principal actionnaire du transporteur prévoit de sauvegarder 2 210 emplois sur 5 000 et 50 agences sur 85, ainsi qu'une enveloppe récemment passée de 21 à 30 millions d'euros pour les indemnités supra-légales destinées aux salariés qui vont perdre leur emploi (en plus des indemnités normales de licenciement). Cet accord est suspendu depuis plusieurs jours à la signature par les syndicats d'un accord majoritaire sur le plan social. A l'heure actuelle, le compromis est déjà avalisé par FO, la CFTC et la CFE-CGC.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !