Moody’s : sceptique sur les réformes annoncées, l’agence maintien la note de Aa1 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Moody’s : sceptique sur les réformes annoncées, l’agence maintien la note de Aa1
©

Pas d'évolution

Moody’s : sceptique sur les réformes annoncées, l’agence maintien la note de Aa1

Il s’agit du deuxième meilleur grade dans l'échelle de l'agence américaine.

"Je ne peux que me réjouir" de l'annonce de Moody's, a déclaré ce samedi le ministre de l'Economie Pierre Moscovici. Mais de quoi parle-t-il ? Tout simplement de la note donnée ce vendredi par l’agence de notation américaine à propos de la qualité de la dette française. Et celle-ci est maintenue à son niveau antérieur, à savoir Aa1. Il s’agit du deuxième échelon dans le système de notification de Mood’ys. Toutefois, cette note est toujours assortie d'une perspective "négative". Cela signifie que Moody's n'exclut pas de l'abaisser à moyen terme. Il s’agissait du premier verdict d'une grande agence de notation depuis l'annonce par François Hollande de nouvelles réformes. 

Concrètement dans un communiqué Moody's écrit: "Bien que le gouvernement ait introduit ou annoncé un certain nombre de mesures" économiques, "la réalisation et l'efficacité de ces initiatives se heurte à la persistance de rigidités" notamment sur le marché du travail, et à des "tensions politiques et sociales". "Nous prenons acte" des annonces mais "il nous manque un grand nombre de détails" sur ces mesures, a indiqué à l'AFP le responsable de cette notation chez Moody's, Dietmar Hornung, rappelant la nécessité pour le gouvernement de "chercher un large consensus". D'où le risque selon Moody's de voir les réformes "ralenties ou diluées".

Moody's a justifié le maintien de la perspective "négative" sur la note française par "le recul continu de la compétitivité de l'économie française" et par "le risque d'une dégradation accrue de la solidité financière du pays" dont la dette, a-t-elle rappelé, pourrait selon elle peser en fin d'année plus de 95% du Produit intérieur brut.

Pour rappel, la France est notée "AA" par Standard and Poor's, deux crans en dessous du "triple A" tant convoité de la plus connue des agences, et "AA+" par Fitch.

Lu sur le JDD.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !