Michèle Tabarot : la numéro 2 de l'UMP visée par une enquête pour malversation | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Michèle Tabarot : la numéro 2 de l'UMP visée par une enquête pour malversation
©

Révélations

Michèle Tabarot : la numéro 2 de l'UMP visée par une enquête pour malversation

Des investigations à l'encontre de son frère en Espagne pourrait toucher la secrétaire générale de l'UMP.

La numéro 2 de l'UMP au cœur d'un scandale de malversation ? C'est ce qu'affirme Mediapart qui dévoile (abonnés) que les investigations qui ont lieu en Espagne à l'encontre de son frère, pourrait bien traverser les Pyrénées et toucher une partie de sa famille.

Claude-Roch Tabarot, frère de Michèle, a été mis en examen pour une escroquerie immobilière de 72 millions d'euros. Il est accusé d'avoir vendu, via sa société Riviera Coast Invest, des appartements sur plans, à Grenade et Murcie, qui n'ont jamais été construits et sur des terrains qui ne lui appartenaient pas. Il aurait également fait des retraits en espèces de 13,5 millions d'euros et aurait eu recours à des versements vers le Maroc, la France et les Etats-Unis.

Alors pourquoi les enquêteurs pourraient se tourner vers Michèle Tabarot ? Selon Mediapart, "les victimes évoquent un possible financement politique". Ainsi une des victimes françaises, Robert Garcia, ancien proche de la famille Tabarot et cité par Mediapart, évoque notamment un transfert de trois millions d'euros en liquide vers les Alpes-Maritimes "à l'occasion des élections municipales de 2008".

Le second frère de Michèle Tabarot, Philippe, pourrait être également visé. Il est secrétaire national de l’UMP, conseiller général des Alpes-Maritimes et candidat à la mairie de Cannes en 2014.

 

Lu sur Mediapart

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !