Michael Schumacher était conscient lors de son transfert à l'hôpital de Lausanne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Michael Schumacher a quitté l'hôpital de Grenoble pour celui de Lausanne
Michael Schumacher a quitté l'hôpital de Grenoble pour celui de Lausanne
©Reuters

Suite

Michael Schumacher était conscient lors de son transfert à l'hôpital de Lausanne

Selon les ambulanciers qui l'ont transporté, l'ex-pilote a répondu par des hochements de tête à leurs questions.

L'état de santé de Michael Schumacher semble s'être considérablement amélioré. Alors que sa famille par l'intermédiaire de sa porte-parole a annoncé que l'ex-pilote était sorti du coma, le journal suisse Blick va plus loin. En effet, selon ses sources, le septuple champion du monde était conscient lors de son transfert à l'hôpital universitaire de Lausanne. Le journal a retrouvé les ambulanciers qui ont expliqué que Michael Schumacher avait communiqué avec eux par des hochements de tête. Ils indiquent toutefois que l'ancien pilote de F1 n'a pas parlé.

Les ambulanciers ont également raconté que l'ex-champion était très amaigri après 170 jours d'hospitalisation. Par leur intermédiaire, le journal explique que le transfert a été organisé par la famille en secret, un faux-nom ayant été donné à la société pour ne pas qu'elle divulgue les informations. Les ambulanciers ont aussi dû voyager sans téléphone portable. Blick indique enfin que Michael Schumacher va être suivi par les meilleurs spécialistes à Lausanne. 
L'hôpital dispose d'un centre de recherche appelé "Human brain project". Selon Le Parisien, "l'objectif est de reproduire le cerveau dans toute sa complexité dans un super ordinateur, afin de mieux comprendre son fonctionnement et d'explorer des pistes pour la recherche sur les maladies neurologiques".
L'hôpital de Lausanne a refusé de faire tout commentaire sur les premières heures de son éminent patient et n'a pas confirmé qu'elle lui a aménagé un espace privatisé. "Il n'est pas question de traiter un homme qui soit tombé par terre dans son atelier différemment de quelqu'un qui est connu dans le monde entier" a simplement précisé l'établissement.
Lu sur Blick

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !