Manifestation pro-palestinienne à Paris : 44 interpellations, 17 policiers blessés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
La manifestation pro-Palestine a dégénéré à Paris
La manifestation pro-Palestine a dégénéré à Paris
©REUTERS/Philippe Wojazer

Débordements

Manifestation pro-palestinienne à Paris : 44 interpellations, 17 policiers blessés

Des violences ont émaillé la fin de la manifestation interdite en soutien aux Palestiniens, samedi, dans les rues de Paris autour du quartier Barbès (XVIIIème arrondissement).

La situation a dégénéré samedi dans les rues de Paris. Alors que la manifestation de soutien aux Palestiniens avait été interdite par la préfecture de police de la capitale, des milliers de personnes s'étaient tout de même rassemblées à Barbès (XVIIIème arrondissement). Mais le rassemblement s'est rapidement terminé en émeutes urbaines. Entre caillassage, verres brisés, jets de pierres et de bouteilles...des dizaines de manifestants s'en sont pris aux CRS et gendarmes mobiles, qui ont répliqué avec des grenades lacrymogènes.  Bilan de ces heurts selon Le Parisien : 17 policiers et gendarmes blessés, 44 personnes interpellées.


Affrontements lors de la manifestation pro...par leparisien

Ce dimanche matin, toujours selon le quotidien, 19  personnes se trouvaient toujours en garde à vue. Elles sont soupçonnées de violences aggravées (en réunion ou avec arme) sur personne dépositaire de l’autorité publique, outrages, rébellion, dégradations aggravées ou encore participation à un attroupement. Dans un communiqué, Bernard Cazeneuve le ministre de l'Intérieur "condamne fermement les violences commises" boulevard Barbès et "constate que les mesures opportunément prises et les moyens engagés ont permis de circonscrire les incidents hélas prévisibles, mais tout à fait maîtrisés puisqu'aucun dégât sérieux n'est à déplorer".

Pour rappel, la manifestation avait été interdite vendredi par la préfecture de police, évoquant des "risques graves de trouble à l'ordre public" après les heurts du 13 juillet devant deux synagogues, en marge d'un autre rassemblement. Samedi à la mi-journée, le président de la République François Hollande avait lancé une dernière mise en garde depuis le Tchad, où il se trouvait en visite officielle, avertissant que "ceux qui veulent à tout prix manifester en prendront la responsabilité".

Mais selon des sources policières, ils étaient plusieurs milliers au rendez-vous. Entre 5 000 et 10 000 selon les organisateurs.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !