Loi santé : 54% des Français favorables à la généralisation du tiers-payant | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Loi santé : 54% des Français favorables à la généralisation du tiers-payant
©

Satisfaction

Loi santé : 54% des Français favorables à la généralisation du tiers-payant

D'après une étude Ifop à paraître dans Dimanche Ouest France, plus de la moitié des Français sont pour la généralisation du tiers-payant, annoncée jeudi 19 juin par Marisol Touraine, ministre des affaires sociale.

54 %. D'après une étude Ifop à paraître dans Dimanche Ouest France, c'est le pourcentage de Français favorables à la généralisation du tiers-payant, annoncée jeudi 19 juin par Marisol Touraine, ministre des affaires sociale. Selon eux, cette mesure, qui consiste à ne plus avancer le prix d'une consultation chez le médecin, laissant la sécurité sociale ou la complémentaire santé du patient se charger des frais, "permettra aux plus modestes de pouvoir consulter un médecin". 

Parmi ces 54 % de sondés, les employés et les ouvriers sont la catégorie professionnelle la plus représentée (60%). Chez les moins et les plus de 35 ans, ils sont respectivement 48 et 56 % à être pour la généralisation du tiers-payant. Toutefois, 34% des Français y sont opposés "car cela va déresponsabiliser les patients, créer des abus et se traduire par une hausse des dépenses de santé".

"Bien que d'une manière générale, sous l'effet de la crise économique et financière, l'opinion publique se montre de plus en plus sensible à la maîtrise des dépenses de santé et à la réduction des déficits publics, le risque d'un accroissement non maîtrisé du nombre de consultations, consécutif à la généralisation du tiers payant, n'est pas majoritairement partagé", relève l'institut Ifop.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !