Pacte de stabilité : les syndicats "pas entendus" par Manuel Valls, regrette Mailly | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Pacte de stabilité : les syndicats "pas entendus" par Manuel Valls, regrette Mailly
©

Ecoute

Pacte de stabilité : les syndicats "pas entendus" par Manuel Valls, regrette Mailly

Le patron de Force ouvrière regrette d'avoir été mis devant le fait accompli par l'exécutif sur la question du programme de stabilité.

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière, était l’invité ce matin du Grand Rendez-vous d’Europe 1-le Monde-i>Télé. A deux jours du vote à l'Assemblée nationale du pacte de stabilité proposé par le gouvernement, le syndicaliste a regretté que"le pacte en tant que tel a été annoncé sans prévenir personne, le 31 décembre." "

"Tout de suite, on a dit : ‘ce n’est pas possible !’. Il n’y a pas d’accord non plus au PS, où une partie des députés considèrent que ce plan est dans une logique restrictive. Les décisions prises risquent d’avoir un effet récessif", a-t-il expliqué.

Interrogé sur son entrevue avec Manuel Valls, Jean-Claude Mailly déplore qu'"après son discours de politique générale, il nous écouté mais il ne nous a pas entendu."

Concernant la possible vente d’Alstom à General Electric, il a estimé "logique que le gouvernement s’en inquiète, en terme d’emplois notamment. Nous suivons cela avec attention. Le gouvernement a des moyens d’agir. Je suis toujours prudent sur ce genre de choses. Il y a deux offres, il faut qu’elles soient bien étudiées. La dimension européenne est intéressante, donnons-nous du temps."

Lu sur Europe1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !