Les redressements fiscaux ont rapporté 21 milliards d'euros à l'Etat en 2015 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Ce record concerne également les sommes effectivement touchées par l'administration, qui ont enregistré une hausse de 17 %.
Ce record concerne également les sommes effectivement touchées par l'administration, qui ont enregistré une hausse de 17 %.
©Reuters

Record

Les redressements fiscaux ont rapporté 21 milliards d'euros à l'Etat en 2015

D'après Bercy, les contrôles fiscaux ont toutefois connu une baisse l'année dernière : 51 740 avait été réalisés en 2014, contre 50 168 en 2015.

Le ministère des Finances a annoncé ce jeudi que le montant des redressements fiscaux en 2015 a rapporté à l'Etat 21,2 milliards d'euros, soit 1,9 milliard de plus qu'en 2014. Ce record concerne également les sommes effectivement perçues par l'administration, qui ont enregistré une hausse de 17 % (12,2 milliards d'euros), a expliqué le ministère des Finances, dans le cadre du déplacement de Michel Sapin à la Direction des vérifications nationales et internationales, avec le secrétaire d'État au Budget Christian Eckert. 

Selon ce dernier, les 12,2 milliards d'euros en question représentent plus que les budgets de la Justice, de la Culture et de l'aide au développement, et autant que les frais engagés par le ministère de l'Intérieur pour assurer la sécurité des Français.

D'après Bercy, les contrôles fiscaux ont toutefois connu une baisse l'année dernière :  51 740 avait été réalisés en 2014, contre 50 168 en 2015. Ce phénomène "signifie que les contrôles sont mieux ciblés, orientés vers les manquements les plus importants", a précisé Bercy. L'impôt sur les sociétés est par ailleurs celui dont les redressements fiscaux ont le plus augmenté, (1 milliard d'euros).

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !