Les reconduites à la frontière des étrangers en situation irrégulière ont diminué de près de 20% par rapport à 2015 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les reconduites à la frontière des étrangers en situation irrégulière ont diminué de près de 20% par rapport à 2015
©Reuters

Statistiques

Les reconduites à la frontière des étrangers en situation irrégulière ont diminué de près de 20% par rapport à 2015

Le Figaro a révélé des informations tirés des données confidentielles du "tableau de bord" de la Direction générale des étrangers en France.

Les reconduites à la frontière ont diminué de 19,8% sur les six premiers mois de l'année. C’est ce que révèle Le Figaro ce vendredi matin. Le quotidien a eu accès aux données confidentielles du "tableau de bord" de la Direction générale des étrangers en France pour le premier semestre 2016. "Un document confidentiel réalisé par le Département des statistiques, des études et de la documentation (DSED) de cette administration directement rattachée au ministère de l'Intérieur" précise le journal. Dans le détail,  il y aurait eu un éloignement de 8 660 "illégaux" du 1er janvier au 30 juin 2016, contre 10.800 étrangers en situation irrégulière éloignés durant la même période en 2015.

Selon un policier cité par Le Figaro, la baisse serait logique étant donné que, depuis le début de l'état d'urgence, les frontières font l'objet d'une vigilance accrue, demandant un des effectifs importants. "L'administration ponctionne ainsi des fonctionnaires dans les services procéduriers, chargés notamment des reconduites, pour aller renforcer les points soumis à forte pression, comme le secteur de Menton dans les Alpes-Maritimes, souligne-t-il. La mission d'éloignement devient une mission secondaire".

Le Figaro constate également que le nombre de demandeurs d'asile issus d'Afghanistan a augmenté de 964% en cinq mois. Une statistique qui a étonné jusqu'à Bernard Cazeneuve qui a demandé des explications aux services concernés.

Lu su Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !