Les patrons qui ont échoué ne seront plus fichés à la Banque de France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Les patrons qui ont échoué ne seront plus fichés à la Banque de France
©

Seconde chance

Les patrons qui ont échoué ne seront plus fichés à la Banque de France

Cette mesure s'appliquera dès lundi 9 septembre.

Bonne nouvelle pour les patrons. A partir de lundi 9 septembre, un chef d'entreprise qui a fait faillite ne sera plus fiché à la Banque de France. Une condition toutefois : il faut que sa liquidation judiciaire se soit opérée sans faute de gestion. La mesure concerne 144 000 patrons contraints de cesser leur activité lors de ces trois dernières années. Cette suppression du fichage correspond à une promesse faite par François Hollande au mois d'avril dernier, lors des Assises de l'entreprenariat.

"Si le principe de notation est utile pour le financement de l'économie, cette note (le fichage, ndlr) peut constituer un obstacle pour l'accès au crédit pour les entrepreneurs souhaitant recréer une entreprise après un premier échec", avait estimé l'Elysée. Cette référence est donc supprimée "pour lutter contre la stigmatisation de l'échec", afin de donner une seconde chance aux dirigeants. Jean-Marc Ayrault avait prévenu dès juin que la prise d'effets de cette mesure interviendrait en septembre.

Fleur Pellerin se félicite de ce "coupe de pouce" aux PME. La ministre rappelle que "la durée constatée en France pour rebondir après une faillite est de neuf ans, alors que dans certains pays scandinaves, comme le Danemark ou la Norvège, ce délai est de seulement un an". La décision du gouvernement ne règlera évidemment pas tous les problèmes. Selon Fleur Pellerin, "l'échec est mal accepté en France. Notre pays n'a pas la culture de l'échec utile. Aux États-Unis au contraire, les financeurs considèrent que, quand on s'est planté une fois, on peut être meilleur ensuite".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !