Les AVC tuent chaque année plus de 30 000 personnes en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Les AVC tuent chaque année plus de 30 000 personnes en France
©Pixabay

Fléau

Les AVC tuent chaque année plus de 30 000 personnes en France

L'AVC ou "attaque cérébrale" résulte d'un arrêt brutal de l'irrigation sanguine qui prive d'oxygène les zones du cerveau touchées (soit à cause d'un caillot qui obstrue une artère, soit du fait d'un vaisseau qui se rompt et provoque une hémorragie).

Selon les conclusions d'une étude publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'agence Santé publique France, l'AVC est aujourd'hui la première cause de mortalité du pays chez les femmes, avec 18 343 décès comptabilisés en 2013 devant le cancer du poumon. Chez les hommes, l'AVC constitue la troisième cause de mortalité avec 13 003 décès, après le cancer du poumon et les causes externes (accidents, suicide).

L'AVC ou "attaque cérébrale" résulte d'un arrêt brutal de l'irrigation sanguine qui prive d'oxygène les zones du cerveau touchées (soit à cause d'un caillot qui obstrue une artère, soit du fait d'un vaisseau qui se rompt et provoque une hémorragie). Les principaux facteurs de risque sont l'âge, l'hypertension artérielle, le tabagisme, le diabète, l'obésité et la sédentarité.

Le développement d'unités neuro-vasculaires spécialisées permet d'améliorer le délai de prise en charge de cette pathologie, et le taux de mortalité par AVC a diminué globalement d'un peu plus de 13% entre 2008 et 2013 dans toutes les classes d'âge, sauf chez les femmes âgées de 45 à 64 ans et les personnes de plus de 85 ans, précisent les auteurs de ces travaux. D'après eux, la stabilisation de la mortalité chez les femmes de 45 à 64 ans pourrait surtout s'expliquer par une nette augmentation du tabagisme dans cette tranche d'âge.

>>>> À lire aussi : Alerte aux AVC : le tueur en série silencieux qui s’attaque de plus en plus aux jeunes

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !