Le rapport de Pisani-Ferry et d'Enderlein prône la flexisécurité en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Emmanuel Macron et Sigmar Gabriel, les ministres de l'Economie vont pouvoir s'appuyer sur ce rapport
Emmanuel Macron et Sigmar Gabriel, les ministres de l'Economie vont pouvoir s'appuyer sur ce rapport
©Reuters

Réformes chocs

Le rapport de Pisani-Ferry et d'Enderlein prône la flexisécurité en France

Faciliter les licenciements, réformer l'assurance chômage, ralentir la croissance des salaires… Le rapport rendu à Emmanuel Macron a dévoilé ses mesures chocs pour relancer l'économie française.

Des fuites avaient promis l'assouplissement des 35h et le gel des salaires. La réalité est un peu différente mais le traitement n'est pas forcément plus doux. Commandé par Paris et Berlin, le rapport des deux économistes Jean Pisani-Ferry et Henrik Enderlein a finalement été rendu ce jeudi 17 novembre. Au programme, la flexisécurité pour donner plus de liberté aux entreprises tout en sécurisant d'avantage le parcours de l'employé.

La première mesure préconisée est de maintenir les accords de 2013 qui permettent aux entreprises en difficulté de négocier le temps de travail et les salaires. L'idée serait même d'aller plus loin en permettant ce type de procédure de façon préventive à une mauvaise passe.

En creux, les deux auteurs proposent de faciliter le licenciement en "rendant les coûts et les délais de licenciement plus prévisibles." Il s'agirait ensuite de rendre le CDI plus attractif pour l'employeur, par exemple en augmentant les charges sur les CDD.

Surtout, le rapport préconise de réformer l'assurance chômage pour inciter les allocataires à retrouver un emploi rapidement.
 
Autre mesure, la modération salariale. "La croissance des salaires réels est restée relativement dynamique en dépit du niveau de chômage élevé et croissant." Résultat, le coût du travail a augmenté. Ils proposent donc d'allonger le délai entre les négociations salariales dans les entreprises en les faisant passer de 1 an à 3 ans.

Les deux économistes veulent aussi donner plus de pouvoir aux branches. Ils proposent que leurs décisions soient supra-légales. Mais leur nombre devra augmenter en premier lieu pour permettre une meilleure représentation.

Arrivé sur la table des ministres des deux côtés du Rhin, le rapport servira de base à la prochaine réunion franco-allemande. En revanche, Bercy a d'ore et déjà affirmé que le gouvernement ne se sentait pas lié à ces mesures.
 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !