Le Perreux-sur-Marne : il tue sa femme enceinte et ses deux enfants puis se rend à la police | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Le Perreux-sur-Marne : il tue sa femme enceinte et ses deux enfants puis se rend à la police
©

Horreur

Le Perreux-sur-Marne : il tue sa femme enceinte et ses deux enfants puis se rend à la police

Le suspect est un Moldave de 37 ans. Il était activement recherché par les enquêteurs.

Que s'est-il passé dans la tête de cette homme de 37 ans vendredi soir ? Il y a quatre jours, son beau-frère qui vit dans le même appartement que lui et sa famille au Perreux-sur-Marne, rentre du travail. En arrivant vers 18h00, la porte est close. Il part alors patienter chez des voisins. Plusieurs heures plus tard, il passe par le toit et entre dans la maison. La découverte est macabre. En effet, il trouve alors les corps de sa belle-soeur enceinte et de ses deux neuveux de 5 ans et 18 mois poignardés. Son beau-frère est absent. Il prévient la police.

Très vite, le Moldave devient le suspect n°1. Après quatre jours de recherche, l'homme a fini par se rendre lundi soir  au commissariat de Forbach en Moselle. Le suspect a pour le moment refusé de parler. Il a été placé en garde à vue. Les enquêteurs de la brigade criminelle de la police judiciaire parisienne, à qui avait été confiée l'affaire, "sont venus le chercher dans la nuit pour qu'il soit ramené au 36, quai des orfèvres" a indiqué une source policière. D'après une source policière, le mari semble travailler comme son beau-frère sur des chantiers, mais il ne s'y était pas rendu vendredi. 

Très choqué, le beau-frère, qui avait découvert les corps vendredi soir, gisant dans une mare de sang, avec des traces de coups de couteau à la gorge, a été pris en charge. 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !