Le mécanisme de chômage partiel annoncé en mars 2020 a provoqué une fraude massive : 50 millions d'euros se sont évaporés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Police Judiciaire
Police Judiciaire
©PATRICK KOVARIK / POOL / AFP

Bug

Le mécanisme de chômage partiel annoncé en mars 2020 a provoqué une fraude massive : 50 millions d'euros se sont évaporés

Plus de 7 000 demandes frauduleuses ont été référencées selon Le Monde

Le 12 mars 2020, Emmanuel Macron annonce « un mécanisme exceptionnel et massif de chômage partiel sera mis en œuvre ».

Le 10 juillet 2020, quatre mois après l’allocution présidentielle, le parquet de Paris annonce que « treize des seize directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi du territoire national sont confrontées à une fraude massive ».

A la mi-juin, selon des chiffres obtenus par Le Monde, plus de 7 000 demandes frauduleuses ont été référencées, représentant 113 millions d’euros d’aides indûment sollicitées. Sur cette somme, 63 millions d’euros ont effectivement été versés et seulement 13 millions récupérés avant que l’argent ne s’évapore. 

Une équipe particulièrement active serait responsable à elle seule de 3 648 demandes réalisées auprès de l’Agence de services et de paiement pour le compte d’entreprises en sommeil réactivées pour l’occasion, ou pour celui de sociétés dont l’identité avait été usurpée, pour un total de 40 millions d’euros : 11 millions auraient été versés et 3 millions finalement récupérés précise Le Monde.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !