Le Fisc met la main sur un paradis fiscal de 12 milliards d'euros en Suisse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le Fisc met la main sur un paradis fiscal de 12 milliards d'euros en Suisse
©Flickr / Images_of_Money

Bingo

Le Fisc met la main sur un paradis fiscal de 12 milliards d'euros en Suisse

Au total, 12 milliards d'euros d'avoirs "cachés" pour 2008, ont été découverts dans plusieurs dizaines de milliers de comptes appartenant à des Français.

La Direction nationale des enquêtes fiscales (DNEF) a mis la main sur un véritable trésor : un fichier informatique contenant une liste de 38 000 comptes chez UBS Suisse appartenant à des Français. Au total,environ 12 milliards d'euros d'avoirs "cachés" pour 2008 ont été découverts dans plusieurs dizaines de milliers de comptes. Comme le souligne Le Point, qui révèle cette affaire ce mercredi, le montant des comptes varie de 1000 à 60 millions d'euros.

Mais le fisc français a également découvert 33 000 comptes compabilisant 15,2 milliards d'euros en 2006, parmi lesquel un compte garni de quelque 79,4 millions d'euros. Le dossier a été transmis à la justice qui enquête depuis presque trois ans sur un système d'évasion fiscale mis en place par la banque UBS pour ses clients français. L'établissement bancaire est en effet suspecté depuis 2009 d'avoir démarché ses clients dans l'Hexagone, alors que la loi le lui interdit. "Pour répartir les commissions en fin d'année, le responsable des commerciaux français tenait une discrète comptabilité qu'il avait baptisée "carnet du lait", en référence au registre manuscrit des éleveurs suisses", révèlent nos confrères. UBS Suisse sera donc jugé devant le tribunal correctionnel pour "blanchiment aggravé de fraude fiscale". Son président Jean-Frédéric De Leusse, réfute ces accusations. "Depuis 2014, il n'y a plus de comptes irréguliers chez UBS Suisse. Tous les noms sont donc théoriquement connus du fisc".

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !