Le Britannique qui avait contracté la pire ultrarésistante gonorrhée au monde a été guéri | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Le Britannique qui avait contracté la pire ultrarésistante gonorrhée au monde a été guéri
©wikipédia

Il a eu chaud(e pisse)

Le Britannique qui avait contracté la pire ultrarésistante gonorrhée au monde a été guéri

Il avait contracté l’infection, qui résistait aux traitements, à la suite de rapports sexuels avec une femme en Asie du Sud-Est. L'histoire ne dit pas si sa relation avec sa petite-amie officielle a survécu.

Tout est bien qui finit bien... ou presque. Début avril, les services de santé du Royaume-Uni ont rapporté le cas d’un homme ayant attrapé une gonorrhée ultrarésistante lors d'une une rencontre avec une femme en Asie du Sud-Est. Contrairement à d’autres individus infectés, les antibiotiques n’ont pas réussi à traiter la maladie. C’était la première fois au Royaume-Uni qu’une telle infection ne peut être guérie avec les antibiotiques de premier recours.

Heureusement pour lui, le gouvernement britannique a annoncé ce samedi qu'il avait finalement été guéri grâce à un nouveau traitement antibiotique.

Les services de santé ont néanmoins décidé d'alerter la population sur les dangers de cette nouvelle souche de la maladie, résistante au traitement classique (azithromycine + ceftriaxone). L'homme a été traité avec de l'ertapenem, un autre antibiotique.

Des vérifications ont montré que, pour l'instant, d'autres cas de gonorrhées ultra-résistantes ne sont pas apparus au Royaume-Uni, mais les autorités sanitaires craignent une épidémie future. Depuis la découverte de ce patient anglais, deux Australiens ont été infectés, eux aussi lors d'un voyage en Asie du sud-est.

Lire aussi : Rude épidémie en vue ? Les autorités britanniques lancent une alerte contre la 1ere apparition d’un cas de super gonorrhée résistante à tous les traitements connus 

Lu dans le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !