Le bras de fer continue entre Alexandre Benalla et l'Elysée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le bras de fer continue entre Alexandre Benalla et l'Elysée
©Thomas SAMSON / AFP

Menteur menteur

Le bras de fer continue entre Alexandre Benalla et l'Elysée

Le Palais a réagi aux déclarations de son ancien employé le week-end dernier.

L'année 2018 se termine sous tension entre Alexandre Benalla et l’Elysée. L'ancien salarié du Palais a fait une sortie fracassante dans Mediapart ce week-end où il a révélé être en contact régulier avec le président depuis son licenciement en juillet. Auparavant, il avait expliqué au Journal du Dimanche qu'il avait rendu ses passeports diplomatiques en août puis les avaient récupérés en octobre. Argument utilisé pour se défendre dans la nouvelle affaire dans laquelle il est empêtré.

La goutte d'eau qui a fait déborder le vase du côté de l'Elysée. Ce lundi, Europe 1 a eu accès aux lettres envoyées par le ministère des Affaires étrangères à Alexandre Benalla. Des courriers qui datent du 26 juillet, suivis d'autres jusqu'à très récemment, qui demandent à Benalla de rendre ses deux passeports diplomatiques. Sous-entendu : il ne les aurait jamais rendus.

« Ces demandes répétées prouveraient que les passeports n’ont jamais été remis. L’Elysée dément en tout cas la version d’Alexandre Benalla selon laquelle les passeports lui auraient été rendus, avec ses affaires début octobre, et accuse celui-ci d’un « faisceau de contre-vérités » […] Nous ne souhaitons pas poursuivre un dialogue par presse interposée avec M. Benalla qui se venge de son licenciement pour faute grave en entretenant tout un faisceau de contrevérités et d’approximations » a ainsi déclaré le Palais ce lundi.

L'Elysée assure n'avoir été tenu au courant des déplacements de l'ancien garde du corps d'Emmanuel Macron « que le 20 décembre, c'est-à-dire après que des journalistes ont appris l’existence de son déplacement au Tchad. » Samedi, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour "abus de confiance".

Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !