La sonde Voyager 1 traverse une "zone inconnue" à l'extrémité du système solaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Sur cette représentation, on peut voir Voyager 1 se débattre avec les vents dans héliosphère.
Sur cette représentation, on peut voir Voyager 1 se débattre avec les vents dans héliosphère.
©Reuters

No man's land

La sonde Voyager 1 traverse une "zone inconnue" à l'extrémité du système solaire

Avant de faire son entrée dans l’espace interstellaire, Voyager 1 se trouve actuellement dans une région très peu connue avec des phénomènes qui interpellent et divisent les spécialistes.

Dans une série d'articles publiée vendredi par le magazine Science, la Nasa a annoncé que sa sonde Voyager 1 pourrait bientôt devenir le premier objet fabriqué par l'homme à s'aventurer dans l'espace interstellaire.

Cette sonde construite par l'agence spatiale américaine voyage dans l’espace à plus de 60 000 km/h. Si les scientifiques ne sont pas certains de l’arrivée de Voyager 1 dans l’espace interstellaire, ils espèrent néanmoins que l’événement se produira au plus tard dans quelques mois.

Pour l'instant, Voyager 1 file à toute allure dans le flot de particules chargées émises par notre Soleil, appelé également "vent solaire". Cette "bulle" définit les contours de la zone d'influence de notre étoile, l'héliosphère, explique Le Figaro.frDeux observations sur le flux des particules les plus énergétiques du vent solaire ont interpellé les scientifiques qui ont d'abord pensé que la sonde avait déjà franchi les limites du système solaire. "Nous avons vu une très forte et brusque disparition des particules provenant du soleil dont l'intensité a diminué de plus de mille fois à l'entrée de l'autoroute magnétique", explique à l'AFP Stamatios Krimigis, un astrophysicien du Laboratoire de physique appliquée de l'Université Johns Hopkins.

Mais il y a un hic, les théoriciens attendaient un troisième événement fondamental pour confirmer leur théorie : une brusque modification de la direction du champ magnétique environnant. Les mesures du magnétomètre ne montrent qu'une hausse d'intensité et aucun changement de direction. Les scientifiques en charge du projet pensent donc maintenant de manière formelle que Voyager 1 n'est pas passé dans l'espace intersidéral sans toutefois pouvoir expliquer les phénomènes qui s'activent dans ce "no man's land" spatial qui entoure la sonde.

Mais le débat n'est pas prêt de s’arrêter. Interrogée par Le Figaro.fr, l'astronome à l'Observatoire Paris-Meudon Rosine Lallement précise que "l'absence de modèle prévoyant cette situation n'exclut pas que la sonde ait bel et bien quitté l'héliosphère". "Le champ magnétique pourrait tout simplement s'aligner progressivement sur le champ interstellaire qui règne loin du Soleil", estime la chercheuse impliquée sur l'un des instruments de la sonde américaine.

Personne ne sait vraiment où se trouve précisément la sonde Voyager 1 à l'heure actuelle. Le physicien Ed Stone de l'université de Caltech, auteur de l'un des trois papiers publiés vendredi dans la revue Science, résume l'affaire avec humour : "Je suis convaincu d'une chose, c'est que la nature est beaucoup plus imaginative que nous le sommes".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !