La Russie serait "activement impliquée" dans la présidentielle française selon un sénateur américain | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La Russie serait "activement impliquée" dans la présidentielle française selon un sénateur américain
©AFP

L’œil de Moscou

La Russie serait "activement impliquée" dans la présidentielle française selon un sénateur américain

"Nous estimons qu'il est de notre responsabilité de communiquer au reste du monde ce qu'il se passe" a déclaré le chef de la commission du Renseignement du Sénat américain.

La Russie est-elle "activement impliquée" dans la présidentielle française ? C’est en tous cas la conviction de Richard Burr, chef de la commission du Renseignement du Sénat américain. A partir de jeudi, cette commission se penchera sur le rôle joué par le Kremlin dans l'élection présidentielle aux Etats-Unis en faveur de Donald Trump. En attendant, Richard Burr a mis en garde la France.

"Je pense qu'il est raisonnable de dire, d'après ce que tout le monde estime, que les Russes sont activement impliqués dans les élections françaises", a indiqué le sénateur républicain. "Nous estimons qu'il est de notre responsabilité de communiquer au reste du monde ce qu'il se passe, parce que nous sommes face désormais à la diffamation de candidats. Il est raisonnable de dire que les responsables américains ont alerté les pays qui vont avoir des élections de façon imminente sur ce que le gouvernement sait à propos des capacités russes et de leurs intentions".

Des déclarations qui interviennent alors que Marine Le Pen a été reçue il y a quelques jours par Vladimir Poutine. Le président russe a martelé à cette occasion qu’il n’y avait pas d’ingérence de son pays dans la campagne électorale française. En février, le mouvement En Marche ! avait fait part de leur préoccupations sur une possible ingérence russe dans la présidentielle. Des responsables de la DGSE avaient, de leur côté, craint une cyberattaque venue de Moscou.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !