La Pologne décide d'expulser 45 diplomates russes accusés d'espionnage | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des manifestants brandissent des drapeaux ukrainiens et polonais lors d'une manifestation pour la paix en Ukraine, à Varsovie, en Pologne, le 20 février 2022.
Des manifestants brandissent des drapeaux ukrainiens et polonais lors d'une manifestation pour la paix en Ukraine, à Varsovie, en Pologne, le 20 février 2022.
©Wojtek RADWANSKI / AFP

Guerre en Ukraine

La Pologne décide d'expulser 45 diplomates russes accusés d'espionnage

L'ambassadeur de Russie en Pologne, Sergueï Andreev, a confirmé cette décision. Les personnes concernées ont cinq jours pour quitter le pays.

La Pologne a décidé, ce mercredi 23 mars, d'expulser "45 espions russes se faisant passer pour des diplomates. (...) De façon totalement cohérente et déterminée, nous démantelons le réseau des services spéciaux russes dans notre pays", selon les précisions du ministre polonais de l'Intérieur, Mariusz Kaminski.

Dans le contexte de la guerre en Ukraine, la décision de Varsovie risque de tendre encore plus les relations avec Moscou. 

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lukasz Jasina a précisé le contexte de cette intervention : 

"La Russie mène une guerre barbare contre l'Ukraine depuis plus de trois semaines. Et nous, et les autres pays occidentaux, nous sommes traités par la Russie comme son adversaire clé. Tolérer ultérieurement ce genre d'activité illégale des services russes menacerait particulièrement la sécurité de la Pologne et celle de nos alliés de l'OTAN et de l'Union européenne, avec qui nous coordonnons toutes nos activités de ce genre".

L'ambassadeur de Russie en Pologne, Sergueï Andreev a confirmé les expulsions, en précisant que les personnes concernées devraient quitter la Pologne dans un délai maximal de cinq jours. 

Interrogé par des journalistes, il a précisé que les accusations d'espionnage à leur égard, présentées en langage diplomatique comme "activités non compatibles avec leur statut diplomatique" étaient "sans fondement", et annoncé que la Russie se réservait le droit de prendre des mesures de rétorsion.

À Lire Aussi

Après l’article qui signalait l’invasion de l’Ukraine, celui qui signale une attaque contre la Pologne ?
France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !