La croissance de la France reste nulle au deuxième trimestre, Michel Sapin pessimiste quant à une croissance à 1% en 2015 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La croissance de la France reste nulle au deuxième trimestre, Michel Sapin pessimiste quant à une croissance à 1% en 2015
©

Nul

La croissance de la France reste nulle au deuxième trimestre, Michel Sapin pessimiste quant à une croissance à 1% en 2015

Selon l'Insee, la stagnation du PIB s'explique en particulier par une chute de l'investissement des entreprises.

La quasi-totalité des moteurs de croissance est à zéro ce deuxième trimestre. Comme au premier trimestre, le PIB a stagné les trois mois suivants, annonce l'Insee ce jeudi."Une panne" de croissance  que le ministre des Finances Michel Sapin a reconnu jeudi, en appelant à une réponse européenne, qui doit passer par une mesure de la Banque centrale européenne et par une "adaptation" des règles budgétaires.

"Cette situation de trop faible croissance, de trop faible inflation, de réduction plus lente des déficits trouve son origine dans des causes proprement françaises mais aussi dans des situations auxquelles seule une réaction européenne globale peut apporter réponse" a estimé Michel Sapin dans une tribune publiée par Le Monde.

Le gouvernement, qui misait sur une croissance supérieure à 1% en 2014, a donc révisé à la baisse sa prévision pour cette année. La France connaîtra cette année une croissance "de l'ordre de 0,5%" contre un objectif initial de 1%, a annoncé le ministre des Finances.

Michel Sapin s'est montré pessimiste quant aux objectifs du gouvernement de dépasser les 1% de croissance. "Rien ne nous permet, à l'heure actuelle, de prévoir pour 2015 une croissance très supérieure à 1 %", a-t-il admit. L'inflation, 0,5 % sur un an en France, est également beaucoup plus faible que le 1% initialement prévu. Selon le ministre, le déficit public "sera donc supérieur à 4 % du PIB en 2014".

Lu sur lemonde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !