La Cour des comptes épingle sévèrement la taxe Tobin à la française | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La Cour des comptes épingle sévèrement la taxe Tobin à la française
©

Critique

La Cour des comptes épingle sévèrement la taxe Tobin à la française

Les sages de la rue Cambon estiment que les objectifs pour lesquels la taxe Tobin avait été créée ne sont absolument pas remplis.

Selon une information exclusive publiée lundi 26 juin par le quotidien "Les Échos", la Cour des comptes dresse, dans un référé, "un bilan sans concession de la taxe française sur les transactions financières", qui n’a rempli "aucun de ses objectifs, et sa gestion doit être améliorée".

Dans un document auquel nos confrères ont eu accès, les sages de la rue Cambon livrent un bilan particulièrement critique de la taxe sur les transactions financières (TTF).

 >>>> À lire aussi : Premier bilan de l’AMF : la taxe Tobin est néfaste, vite appliquons la partout

Ces derniers estiment notamment que les objectifs pour lesquels la taxe Tobin avait été créée ne sont absolument pas remplis. "La taxe devait en effet faire contribuer plus le secteur financier - bien aidé pendant la crise - aux finances publiques, mettre fin à des pratiques spéculatives, et créer une dynamique pour mettre en place une taxe européenne", rappelle le quotidien. 

"Les Échos" listent les 7 points principaux du référé de la Cour des comptes : "Un rendement en baisse, une taxe sur les investisseurs et pas sur les financiers, un probable échec de la TTF européenne, un simple déplacement du trading haute fréquence, une collecte pas assez transparente, une rémunération inadaptée du prestataire, une taxation des transactions intraday difficilement applicable"

Les Échos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !