La Banque de France ne fichera plus les entrepreneurs en faillite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Cette annonce a été saluée par le syndicat CGPME ainsi que par l'organisation patronale du Medef.
Cette annonce a été saluée par le syndicat CGPME ainsi que par l'organisation patronale du Medef.
©ERIC PIERMONT / AFP

Indicateur 040

La Banque de France ne fichera plus les entrepreneurs en faillite

Cette mesure sera annoncée ce lundi par le gouvernement, a expliqué sur RMC Info-BFM TV, Fleur Pellerin, la ministre des PME.

Le gouvernement va supprimer le fichage par la Banque de France des entrepreneurs dont la société a été liquidée, a annoncé lundi la ministre des PME Fleur Pellerin sur RMC-BFM TV.

"Il y a un fichage des entreprises qui ont fait faillite à la Banque de France et qui recense l’ensemble des entrepreneurs. Si vous avez une note 00, ça veut dire que tout va bien. Si vous avez 0,40, c’est que vous avez connu une liquidation judiciaire au cours des trois dernières années. Si vous avez 0,50, vous en avez eu deux, et si avez 0,60, vous en avez eu trois ou une grosse faute de gestion ou une faillite frauduleuse. Si vous avez connu une liquidation judiciaire dans les trois dernières années et que vous avez 0,40, vous êtes dans le fichier", a expliqué la ministre.

Selon elle,cet indicateur qui concerne environ 150.000 entrepreneurs, est "souvent un stigmate pour obtenir un crédit, les banquiers sont réticents à faire confiance alors qu’une première expérience d’échec, ça ne veut pas dire qu’on n’est pas un bon gestionnaire".

Cette annonce a été saluée par le syndicat CGPME ainsi que par l'organisation patronale du Medef."Voilà du concret (...) c'est une grande victoire", a déclaré Laurence Parisot sur son compte Twitter.

A l'occasion de la clôture des Assises de l'entreprenariat ce lundi, François Hollande reçoit 300 entrepreneurs à l'Elysée et doit annoncer à 18h00 une série de mesures en faveur des PME.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !