L’OCDE exhorte la France à faire travailler ses seniors | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L'OCDE rappelle la France à l'ordre sur le chômage des seniors
L'OCDE rappelle la France à l'ordre sur le chômage des seniors
©Reuters

Chômage

L’OCDE exhorte la France à faire travailler ses seniors

En 2012, seuls 44,5% des Français âgés de 55 à 64 ans ont un emploi contre 54% pour les pays de l’OCDE.

La France se fait taper sur les doigts concernant le travail des seniors. L’Organisation de coopération et de développement économique, ou OCDE, a en effet invité notre pays "à renforcer les incitations à travailler plus longtemps, à lever les obstacles au recrutement et au maintien dans l’emploi des seniors ainsi qu’à améliorer leur employabilité." Et pour cause, le taux de chômage des personnes âgées entre 55 et 64 ans ne cesse d’augmenter. Entre 2008 et 2011, 45% des seniors ont été contraints de pointer au chômage entre leur dernier emploi et leur retraite. "Même s'il a remonté ces dernières années, le taux d'emploi des seniors en France reste parmi les plus faibles de la zone OCDE", a attaqué l’organisation.

Dans un rapport publié ce jeudi, l’OCDE préconise ainsi des réformes d’envergure telles que la réduction des droits au chômage des seniors ou la remise en question de la rupture conventionnelle jugée "trop avantageuse pour ceux qui sont le mieux rémunérés". "Ce mode de rupture semble particulièrement attractif pour les seniors les mieux rémunérés et leurs employeurs mais s'accompagne rarement d'un retour à l'emploi après 58 ans", explique-t-on dans l’étude. L’OCDE appelle ainsi les syndicats et le patronat à "remettre en cause cette filière longue. Les dépenses dégagées pourraient ainsi être mieux utilisées pour accompagner les chômeurs âgés vers l'emploi en renforçant les aides de retour à l'emploi des seniors".

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !