L'économie du Puy-de-Dôme fortement impactée par les gilets jaunes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L'économie du Puy-de-Dôme fortement impactée par les gilets jaunes
©GERARD JULIEN / AFP

Le temps c'est de l'argent

L'économie du Puy-de-Dôme fortement impactée par les gilets jaunes

456 millions d'euros de chiffres d'affaire auraient été perdus sur le département entre le 14 décembre et le 7 janvier.

Les gilets jaunes manifestent depuis maintenant 13 semaines. De trop nombreux samedi où certains commerçants ont vu leur boutique déserté ou ont dû fermer pour éviter des dégradations. Ces blocages de l'économie en plein week-end a forcément des conséquences.

Selon France Bleu, la Chambre de Commerce et d'Industrie du Puy-de-dôme a effectué une enquête auprès des entreprises du département, tous secteur confondues, entre le 14 décembre 2018 et le 7 janvier 2019. 210 entreprises ont accepté de répondre à l'enquête.

Sur cette période, deux entreprises sur trois affirment avoir été impactés par la crise des gilets jaunes, subissant une perte moyenne de 26 000 euros. 85% du secteur de la restauration, l'hébergement mais aussi le commerce de gros est touché, impactés par les blocages de livraison et les difficultés d'accéder aux bâtiments pendant les manifestations.

Au total, la perte de chiffre d'affaire s'élève à 456 millions d'euros. Conséquence grave pour 4% de ces 210 entreprises qui envisagent de fermer définitivement, les caisses étant vides. Ce sont évidemment les PME les plus durement touchées.

Au niveau national, près de 70 000 salariés sont au chômage technique selon FranceInfo. Près de 5 000 entreprises ont déposés une demande d'activité partielle avec pour motif le mouvement des gilets jaunes.

France Bleu

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !