L'ambassadeur de France en Andorre dénonce le "racisme abject" du Quai d'Orsay et présente sa démission à François Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
quai d'Orsay
quai d'Orsay
©Reuters/Charles Platiau

Gênant

L'ambassadeur de France en Andorre dénonce le "racisme abject" du Quai d'Orsay et présente sa démission à François Hollande

Zaïr Kedadouche proteste contre les discriminations dont il estime avoir été victime de la part des hautes sphères du Quai d'Orsay, rallongeant ainsi la liste des affaires qui secouent actuellement le ministère des Affaires étrangères.

Nommé par Nicolas Sarkozy, l'ambassadeur de France en Andorre, Zaïr Kedadouche, a adressé sa lettre de démission au Président de la République, dans laquelle il déclare notamment : "Je démissionne au nom des valeurs de la République que le Quai d’Orsay a bafouées (…). C’est au ministère des Affaires étrangères que j’ai rencontré le racisme le plus abject". Si d'après le Nouvel Observateur, l'entourage du chef de l'Etat, ainsi que Laurent Fabius, avaient tout fait pour l'en dissuader, allant jusqu'à lui proposer certains postes, Zaïr Kadadouche a donc décidé de maintenir sa décision.

Le choix de ce dernier aurait été motivé par un mail du secrétaire général du Quai d’Orsay, évoquant sa date d’arrivée en France alors que Zaïr Kedadouche est pourtant né à Tourcoing. A la suite de ce message, l'intéressé a saisi le défenseur des droits, avant de déposer une plainte pénale pour discrimination raciale. Cette démission intervient un mois après la condamnation du ministère des Affaires étrangères pour discrimination politique, après les multiples pressions subies par un diplomate chiraquien de la part de plusieurs fonctionnaires socialistes.

Lu sur Le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !