Jouez du synthé sur Google avec le nouveau Doodle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Jouez du synthé sur Google avec le nouveau Doodle
©

Do ré mi

Jouez du synthé sur Google avec le nouveau Doodle

Le moteur de recherche publie aujourd’hui un gadget interactif en hommage à l’inventeur du synthétiseur compact.

Vous avez peut-être remarqué le petit synthétiseur juché en haut à gauche de votre moteur de recherche Google, en ce mercredi 23 mai. 
Ce Doodle (logo commémoratif de Google) particulièrement léché salue la mémoire de Robert Moog, ingénieur électronicien américain et inventeur du synthétiseur compact.
 
La date d’aujourd’hui marque le 78 ème anniversaire de la naissance de l’inventeur, décédé en 2005.
L’internaute attentif remarquera que le Doodle est un véritable instrument interactif : le mini synthétiseur Moog sur votre page d’accueil Google permet de jouer des morceaux, d'y rajouter des effets et même de s'enregistrer. 
 
De quoi faire revivre quelques instants le rock progressif des seventies, dont le clavier Moog fut un instrument phare. 
Avec ses 44 touches et trois commandes (filtre, oscillateur et amplification), l’instrument a accompagné les grands noms de la musique : du groupe culte Kraftwerk aux Beatles, et, plus récemment, Jean-Michel Jarre. Robert Moog, ingénieur électronicien de son Etat, l'avait conçu en 1964 à la demande d'un client, professeur de solfège et compositeur, désirant un instrument plus compact que les synthétiseurs de l'époque, qui pouvaient occuper une pièce entière.
 
Google célèbre régulièrement les figures qui ont marqué l’histoire en affichant sur sa page d'accueil une vidéo ou un logo interactif, l’espace d’une journée. Freddie Mercury, Charlie Chaplin ou encore Les Paul ont eu le droit à leurs « Doodles ».
 
Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !