Jeunesses nationalistes révolutionnaires : dissolution le 26 juin en Conseil des ministres | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean-Marc Ayrault a confirmé qu'il lançait une procédure pouvant aboutir à la dissolution de Troisième Voie.
Jean-Marc Ayrault a confirmé qu'il lançait une procédure pouvant aboutir à la dissolution de Troisième Voie.
©Reuters

La début de la fin

Jeunesses nationalistes révolutionnaires : dissolution le 26 juin en Conseil des ministres

Jean-Marc Ayrault a confirmé ce mardi à l'Assemblée nationale le lancement d'une procédure visant à dissoudre d'autres "groupements" d'extrême droite.

Les Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), bientôt dissoutes. Le journal Le Parisien révèle en effet que le groupuscule d'extrême droite devrait être dissout le 26 juin prochain en Conseil des ministres.

Jean-Marc Ayrault, qui a demandé samedi au ministre de l'Intérieur Manuel Valls de lancer "immédiatement" la procédure de dissolution des JNR a par ailleurs confirmé ce mardi à l'Assemblée nationale qu'il lançait bien une procédure visant à dissoudre l'autre groupe d'extrême droite Troisième voie  ainsi que des "groupements" de cette mouvance. Si cette décision intervient après la mort de Clément Méric - le jeune homme d'extrême gauche est décédé après avoir été frappé par un jeune skinhead - les services du Premier ministre assurent que "cette demande repose sur des éléments antérieurs" au décès du jeune étudiant "et plus large". Ils soupçonnent en effet les JNR d'être "en passe de constituer un groupe de combat".

Comme les JNR, les groupes d'extrême droite radicale seront soumis à une procédure contradictoire à l'issue de laquelle le président pourra présenter un décret de dissolution en Conseil des ministres.

Lu sur le Parisien.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !