Jérôme Cahuzac assume ses baffes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Jérôme Cahuzac assume
ses baffes
©

Maire fouettard

Jérôme Cahuzac assume ses baffes

Lé député PS a giflé un jeune irrespectueux. Il assume, et ses administrés en redemandent.

Le député PS Jérôme Cahuzac, président de la très policée commission des Finances de l'Assemblée nationale, a donné une paire de claques à un jeune vendredi. Le maire de Villeneuve-sur-Lot se rendait dans un quartier difficile de sa ville, où de nombreux cas d'incivilités ont été déplorés ces derniers temps. Pris à parti par "un tutoiement" et "des insultes basses et vulgaires" lancées par un jeune de 20 ans, Jérôme Cahuzac a réagi physiquement, et dit assumer son geste à l'AFP :

"Je ne conteste pas le geste énergique, mais ma réaction a été adaptée et proportionnée à l'agression dont j'ai été victime en tant qu'individu et en tant que maire. Ces insultes étaient la transgression d'un symbole, ce n'était pas admissible et je me devais de ne pas reculer."

Sud Ouest révèle aujourd'hui que les administrés de Jérôme Cahuzac approuvent majoritairement le geste de leur maire, à l'instar de ce commerçant de la ville :

"C'est bien que le député-maire se soit déplacé pour mesurer ce que l'on subit au quotidien. Mais il a craqué au bout de quelques minutes. Alors que nous, nous devons souffrir de tels comportements tout au long de l'année"

Le responsable du site de Sud Ouest évoque sur France Inter plus de 300 commentaires en trois jours, dont environ 80 % seraient favorables à Jérôme Cahuzac.

La polémique rappelle la campagne présidentielle de 2002 et la gifle de François Bayrou à un enfant qui tentait de lui faire les poches au cours d'une visite dans un quartier sensible de Strasbourg :

Lu sur Sud Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !