Jean-Luc Lahaye condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineure | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Jean-Luc Lahaye condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineure
©

Justice

Jean-Luc Lahaye condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineure

Le chanteur avait proposé via webcam des jeux sexuels à une jeune fille de moins de 15 ans.

Le tribunal correctionnel de Paris a rendu aujourd'hui sa décision concernant le procès de Jean-Luc Lahaye, poursuivi pour avoir invité une jeune fille de moins de 15 ans à participer à des jeux sexuels par webcams interposées. En mars dernier lors du procès, le parquet avait requis une peine de deux ans de prison avec sursis.

Jean Luc Lahaye, déjà condamné en 2007 à 10 000 euros d'amende pour avoir eu des relations sexuelles avec une mineure de moins de 15 ans, écope finalement d'un an de prison avec sursis. Les charges de détention d'images pornographiques de mineur de moins de 15 ans et de proposition sexuelle à un mineur de moins de 15 ans ont donc été abandonnées, au profit cependant de la corruption sur mineure. Le tribunal estimant ainsi, que le chanteur connaissait la date de naissance de son interlocutrice.  La star des années 80 contestait les faits qui lui étaient reprochés et s'estimait "victime de préjugés par rapport à son passé". "Cette fille communiquait avec moi sous un faux profil en tant que fille majeure. Elle a changé souvent de profil avec le même prénom, ce qui a semé une confusion" s'était-il défendu.

Les parents de la jeune fille, âgée de 14 ans au moment des faits, n'avaient pas souhaité porter plainte. Me Thomas Desrousseaux, avocat de la partie civile a donc expliqué que la jeune fille en question était "représentée par une administratrice ad hoc". Celui-ci a également stipulé que sa cliente n'aurait pas caché son âge au chanteur au moment de leur échange. Plusieurs associations œuvrant pour la protection de l'enfance sont également parties civiles dans cette affaire. L'avocat de Jean-Luc Lahaye, Me Jean-Philippe Touati, estime qu'il ne s'agissait que "d'une relation virtuelle" et aurait conseillé au chanteur de faire appel. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !